Tunisie: Nos palmiers dattiers, un trésor à préserver absolument au sud Tunisie

Réservation pas cher Tunisie Réservation hôtel pas cher Tunisie Réservation maison d’hôte Tunisie Réservation pas cher maison d’hôte Réservations devis hôtel sud Tunisie Sahara Maison d’hôte sud Tunisie Hôtel sud Tunisie Sahara Tunisie Tozeur douz Djerba tatwine Sousse Hammamet Tunis dattes recolte recolte de dattes tunsie sahara dattes

L’huile d’olive et les dattes Deglet Nour sont les deux produits phares de la Tunisie. La Tunisie est, au niveau mondial, le premier pays exportateur de ces deux produits prestigieux.  La datte est un produit riche en sucres, fibres, minéraux, vitamines et antioxydants. Elle représente un aliment fort intéressant qui possède de nombreuses qualités nutritionnelles, pharmacologiques, fonctionnelles et cosmétiques. Après une excellente saison oleicole, la récolte des dattes s’annonce exceptionnelle. Le Groupement Interprofessionnel des Dattes (GID) prévoit une production de 335 000 tonnes de dattes dont 130 000 tonnes seront exportées. La commercialisation de cette production pose toutefois problème.

Un marché restreint et des problèmes de commercialisation

La consommation locale est très timide, surtout avec l’abondance, sur le marché, de fruits beaucoup moins chers comme la grenade, la pomme et même la banane.

Pour l’exportation, l’Union Européenne, et surtout la France et l’Allemagne, représente le principal client de la Tunisie. Le marché mondial est limité, autour de 600 000 tonnes. Avec une pointe de consommation  au mois de Ramadan et durant les fêtes de Noel et de fin d’année. L’Algérie, dont la production avoisine les 600 000 tonnes, tente de s’imposer et de concurrencer la Tunisie. Par ailleurs, une variété de dattes produite en Israël et appelée Mejhool, essaye de conquérir le marché européen. Cette datte, originaire du Maroc, est plus grosse et plus charnue que la Deglet Nour Tunisienne. Elle est de plus en plus demandée par le consommateur européen et présente sur les étalages des grandes surfaces. La pandémie de la covid-19 a ralenti les échanges internationaux. Elle risque d’affecter nos exportations de dattes. Les collecteurs et les exportateurs tardent à acheter les dattes de chez l’agriculteur et les prix sont au plus bas.

Les agriculteurs commencent à s’inquiéter quant au devenir de leur récolte. Un ensemble de mesures ont été prises par le Ministère de l’Agriculture pour réduire l’impact de la crise : fixation d’un prix plancher (allant de 3.100 à 3.700 DT/kg de dattes), aides pour les petits agriculteurs pour le stockage de 20 000 tonnes de dattes, soutien aux exportateurs en accordant des subventions aux frais de transport et l’incitation des grandes surfaces à la commercialisation des dattes et des grenades. En réalité le secteur connait, depuis quelques années, de nombreuses difficultés.

Principales difficultés du secteur phoenicicole

Nos oasis couvrent plus de 40 000 ha et hébergent environ 5 millions de palmiers dattiers au sud Tunisie. On distingue d’une part les oasis traditionnelles de Gabes et Gafsa et d’autre part les oasis continentales de Kébili et Tozeur. Ces dernières couvrent plus de 80% de la superficie des oasis au sud tunisie. La variété Deglet Nour au sud tunisie représente la principale variété, soit plus de 70% de la production de dattes au sud tunsie.  Elle est connue dans le monde entier. Elle est très demandée par le consommateur pour sa texture, son goût mielleux et  sa couleur dorée. Sa chair est transparente et laisse entrevoir un petit noyau à l’intérieur.

Les oasis au sud tunisie sont menacées par l’épuisement des ressources et surtout l’eau d’irrigation qui représente un facteur déterminant surtout avec le réchauffement climatique et la raréfaction prévisible des précipitations.

La conduite des palmiers dattiers au sud tunisie nécessite beaucoup d’efforts et de labeur pour les différentes interventions (entretien courant, irrigation, pollinisation, récolte…).  Le travail, qui est essentiellement manuel, est risqué (chutes fréquentes en escaladant les palmiers au sud tunisie) et dangereux (présence de grandes épines à la base des feuilles du palmier). Ce travail n’est pas attractif pour les jeunes, la main d’œuvre se fait de plus en plus rare et de nombreuses palmeraies se trouvent à l’abandon.  La productivité des palmeraies est faible. Elle est moyenne de 50 à 70 kg de dattes alors que, conduit correctement, le palmier au sud tunisie produit de 100 à 120 kg /an. La rentabilité est  réduite suite à la hausse des prix des intrants (eau, main d’œuvre, fumure, filets de protection…) face à la faible productivité des palmiers au sud tunisie.

La tendance à la culture monovariétale basée sur la Deglet Nour au sud tunisie, a conduit à l’abandon du reste des variétés locales. Ceci  mène à la disparition de ces variétés et l’appauvrissement du patrimoine phytogénétique.

Les ennemis du palmier (insectes, champignons, oiseaux…) qui détruisent une partie importante des fruits est un souci permanent de l’agriculteur durant la production et la conservation.

L’exigüité des parcelles et la reconversion de certaines terres en terrains à bâtir représentent une sérieuse menace. Parmi les leviers possibles pour améliorer la situation nous proposons les mesures suivantes:

1- Améliorer la rentabilité de la culture des palmier-dattiers au sud tunisie

Il s’agit de conduire rationnellement la culture du palmier sud tunisie au niveau des différentes interventions culturales (irrigation, fumure, taille des palmiers et réduction des régimes et des dattes, lutte contre les ravageurs…). Il est indispensable d’opter pour des techniques économes surtout pour l’eau d’irrigation. Compte tenu de la rareté de la main d’œuvre, il faut essayer d’introduire la mécanisation (comme les élévateurs par exemple) pour accéder aux régimes des dattes et effectuer la pollinisation, l’entretien et la récolte des dattes au sud tunisie. Il est possible d’abandonner la pollinisation manuelle et de recourir à la pollinisation mécanique, plus pratique et plus aisée. La certification biologique, très demandée à l’étranger, permet de vendre les dattes sud tunisie plus cher (de 20 à 30% de plus comparé aux dattes non certifiées).

Le Centre Technique des Dattes sud tunisie, le GID, les vulgarisateurs des CRDA doivent mieux encadrer l’agriculteur, l’orienter, le conseiller et de répondre à ses soucis. Les petits agriculteurs sont appelés de leur coté à s’organiser en coopératives, association, sociétés de services… afin de s’entraider et faire face aux lobbys des fournisseurs d’intrants et des collecteurs et intermédiaires qui monopolisent le marché.
Il faut également bien exploiter les sous-produits du palmier. L’élevage permet de valoriser les différents déchets comme les noyaux et les dattes invendables et de fournir du fumier pour enrichir le sol. Tous les déchets de la palmeraie (bois de taille, dattes invendables…) peuvent être transformés en fertilisants par compostage.

Enfin, il serait intéressant de se lancer dans la fabrication industrielle des différents produits des dattes et les faire connaitre aux consommateurs.  Cette transformation, actuellement très limitée et marginale, permettrait de valoriser les dattes de bas de gamme afin d’obtenir des produits plus nobles comme les sirops, l’alcool, le vinaigre…

2- Produire des dattes sud tunisie de qualité

Le consommateur est de plus en plus exigent. Soigner la qualité est indispensable pour se maintenir sur le marché international. La datte est réputée être un produit naturel, sain et pratique. La certification (biologique, AOC ou autre) garantit au consommateur un produit de haute qualité.  La recherche de qualité doit porter sur toute la chaine de valeurs allant de la production à la conservation, le conditionnement, le transport et la commercialisation. La mise en place d’une procédure HACCP dans les unités de traitement et de conditionnement est nécessaire pour garantir à la fois la traçabilité et la qualité hygiénique et sanitaire du produit.

La lutte contre les insectes, particulièrement la pyrale qui infeste les fruits durant le stockage et la conservation, est primordiale. Eviter pour la désinsectisation l’utilisation des gaz toxiques et pratiquer de préférence des traitements à la chaleur ou au CO². Il est recommandé d’utiliser des emballages soignés, adaptés et attractifs pour le consommateur. L’emballage doit  porter toutes les informations relatives au produit. On pourrait y  adjoindre des recettes pour expliquer au consommateur les multiples façons d’utiliser les dattes.

3- Promouvoir la consommation des dattes par l’innovation

Afin d’augmenter les ventes, de conquérir de nouveaux marchés et de promouvoir la consommation. Il serait intéressant de rompre avec l’image de la datte comme produit consommé par les musulmans à la rupture du jeune au mois de Ramadan. Il serait nécessaire de mener des campagnes afin de sensibiliser les consommateurs à l’intérêt des dattes aussi bien sur le plan nutritionnel que pour la santé. Il faut modifier les habitudes du consommateur et lui  faire admettre les dattes comme produit qu’il peut consommer toute l’année comme dessert, gouter, produit de snack  et de collation. Ce ci permet de conquérir de nouvelles niches comme les jeunes, les écoliers, les ménages et pourquoi pas les collectivités… Par ailleurs, un marché prometteur existe, celui de la datte dénoyautée beaucoup plus pratique à consommer que la datte entière.

Moyennant un peu d’imagination et de la recherche, il est possible de développer, à partir de la pâte des dattes seule ou mélangées avec d’autres ingrédients (chocolat, fruits secs…) tout un ensemble de produits modernes,  innovants et intéressants comme des barres énergétiques, diététiques, de la pâte à tartiner, des bonbons et sucreries diverses… Avec la collaboration de chefs pâtissiers et cuisiniers il serait possible de remettre à jour les recettes traditionnelles à base de dattes et d’en créer de nouvelles adaptées au gout du consommateur moderne.

De la survie du palmier dattier dépend la survie des oasis et de toutes nos régions désertiques. Coordonner les actions des différents organismes de vulgarisation et de développement intervenant dans la région est nécessaire pour plus d’efficacité. Donner plus de moyens pour la recherche scientifique et universitaire est primordial pour trouver les réponses adéquates aux problèmes techniques, économiques et commerciales que pose le développement des oasis. L’agriculteur demeure l’élément principal de cet éco-système et dont la volonté, la motivation et le travail sont décisifs. 

Appeler